A- A A+

« Jésus est la plénitude de la loi et Jésus juge avec miséricorde », affirme le pape François. Marina Droujinina de l’Agence Zenit explique que c’est le coeur de la méditation du pape François, lors de l’homélie prononcée dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le 3 avril 2017, indique L’Osservatore Romano en italien. Et devant cette miséricorde, il a invité à un examen de conscience: « Sommes-nous corrompus ou pas encore ? »

« ‘Je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pêche plus’ », le Pape cite les paroles du Christ adressées à une femme adultère.  « Ceci, explique le Pape, est la plénitude de la loi : non pas celle des scribes et des pharisiens qui avaient corrompu leur esprit en faisant tant de lois, tant de lois, sans laisser de place à la miséricorde. »

Les deux histoires sont au cœur de la liturgie : celle de Suzanne et des deux juges âgés, racontée dans le livre de Daniel, et celle de la femme surprise en adultère, racontée par saint Jean dans son Évangile. « Ce que l’Église veut que nous pensions aujourd’hui, que nous voyions, explique le Pape, l’innocence et le péché, la corruption et la loi se rencontrent ».

L’« innocence » est représentée par Suzanne, « accusée à tort par ces deux juges âgés », dit le Pape. Suzanne, « qui avait d’autres péchés, parce que nous sommes tous pécheurs », mais qui « n’était pas adultère », « est contrainte à choisir : ou la fidélité à Dieu et à la loi ou sauver sa vie ».

Juges corrompus

« Dans le cas de Suzanne », note le Pape, les deux anciens sont « corrompus par les vices de la luxure ». « Il y a toujours eu dans le monde des juges corrompus, et encore aujourd’hui, partout dans le monde, il y en a ». La question, dit-il, est: « pourquoi la corruption vient dans une personne? ».

Pour lire la suite de cet article :

https://fr.zenit.org/articles/sainte-marthe-sommes-corrompus-ou-pas-encore/

Auvidec Média/Radio Vatican

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir