A- A A+

Selon Radio Vatican, le Pape a adressé une mise en garde sans appel aux prêtres du diocèse d’Ahiara au sud-est du Nigeria, qui refusent depuis 2012 la nomination de leur évêque en raison de son appartenance ethnique. François leur donne un mois pour demander pardon, sans quoi ils seront déchus de leur ministère.

Le 8 juin 2017, une délégation du diocèse d’Ahiara a été reçue par le pape François au Vatican. Conduite par le cardinal Onaiyekan, l’archevêque d’Abuja nommé administrateur apostolique du diocèse en juillet 2013, elle incluait l'évêque d'Ahiara, les archevêques de Jos et Owerri, ainsi que trois prêtres, une religieuse et un chef traditionnel du diocèse. 

Le Pape adresse un discours d’une extrême fermeté

En référence à la parabole des vignerons homicides (cf. Mt 21, 33-44), le Pape estime que le refus de cette nomination n’est «pas un cas de tribalisme», mais une «appropriation de la vigne du Seigneur». Il ne l’acceptera pas et se montre très clair : «Ceux qui se sont opposés à la prise de fonction de Mgr Okpaleke veulent détruire l’Église ; ce qui n’est pas permis. Peut-être qu’ils ne s’en rendent pas compte, mais l’Église souffre, et le peuple de Dieu avec elle». François reconnaît que certains peuvent avoir été manœuvrés sans pleine conscience de la blessure infligée à la communion ecclésiale, mais «l’Église est mère et qui l’offense accomplit un péché mortel, c’est grave».

Possibilité de supprimer le diocèse

Le Pape dit avoir pris en considération la possibilité même de supprimer le diocèse. Il est revenu sur sa décision, car «l’Église ne peut laisser tous les fils que vous êtes». Aujourd’hui, «l’Église se trouve comme en état de veuvage». «Sans époux, elle a perdu sa fécondité et ne peut donner de fruit».

Pour lire la suite de cette nouvelle :

http://fr.radiovaticana.va/news/2017/06/10/fermet%C3%A9_du_pape_envers_un_dioc%C3%A8se_rebelle_au_nigeria/1318281

Auviec Média/Radio Vatican avec Fides et La Croix

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir