A- A A+

Orthodoxie.com présente une entrevue de Jean-Claude Larchet dans l’hebdomadaire de l’Église roumaine « Lumina de Duminica », version hebdomadaire du quotidien de l’Église roumaine  « Ziarul Lumina », portant sur le mystère et le sens théologique des icônes de la Résurrection

Entrevue Jean-Claude Larchet par Ionuţ Aurelian Marinescu

Pourquoi au sein de l’Orthodoxie l’icône de la Résurrection du Christ présente-t-elle la descente de Notre Seigneur aux Enfers et non pas Sa sortie du tombeau ?

Il y a eu un débat à ce sujet: le célèbre iconographe et iconologue Léonide Ouspensky a consacré un article spécial à cette question à cause de son caractère problématique.
En fait la vraie icône de la résurrection est la seconde, qui représente les femmes myrophores devant le tombeau vide, avec un ange qui leur annonce la Résurrection. C’est d’ailleurs la plus ancienne: le plus ancien exemplaire qu’on en connaît date du IIIe siècle, tandis que le plus ancien exemplaire de l’icône de la Descente aux enfers ne date que du VIe.

Il est paradoxal que l’icône relative à la plus grande de Ses fêtes (et au plus grand événement de Son Économie salvatrice – car « si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine » (1 Co 15, 17) – le Christ ne soit pas représenté, alors qu’Il est représenté sur toutes les autres icônes des fêtes qui célèbrent les autres étapes de cette Économie.

Le Christ ressuscité n’apparaît pas pour plusieurs raisons:

1) en signe du caractère inouï de l’événement;
2) parce que les quatre Évangiles ne fournissent aucune explication du mode de la résurrection et que les icônes sont toujours fidèles au récit évangélique; la Tradition reste également muette à ce sujet;
3) du fait que le corps ressuscité n’est pas immédiatement perceptible: Marie de Magdala ne reconnaît pas le Christ près du tombeau avant qu’Il ne Se révèle à elle (Jn 20, 14-16) ; les disciples à Emmaüs ne l’identifient pas non plus: « leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître » (Lc 24, 16); même les anges ne le perçoivent pas, comme le dit un stichère des matines du ton 5 : « Tes anges incorporels ne perçurent pas Ta résurrection »).

Pour lire la suite :

http://orthodoxie.com/le-mystere-et-le-sens-theologique-des-icones-de-la-resurrection-une-interview-de-jean-claude-larchet-dans-lhebdomadaire-de-leglise-roumaine-lumina-de-duminica/

Auvidec Média/Orthodoxie.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir